Ouïghours : la Chine expulse une journaliste de L’Obs

Zaman France, 29 Decembre 2015

Le visa d’Ursula Gauthier, correspondante en Chine de l’hebdomadaire français L’Obs, n’a pas été renouvelé. Une mesure qui l’oblige à quitter le territoire avant le 31 décembre. Les autorités chinoises lui reprochent son traitement médiatique de la répression gouvernementale envers la minorité musulmane turcophone ouïghoure, vivant dans la région du Xinjiang.

La journaliste française, Ursula Gauthier, a été la cible d’une campagne de critiques dans les médias d’Etat chinois et de menaces de morts sur sa page Facebook, après un article publié le 18 novembre dernier. Dans cet article, elle évoque, à la suite de la vague de solidarité envers la France après les attentats de Paris, la demande de Pékin d’obtenir «le même soutien international à sa propre “lutte contre le terrorisme”, l’écrasement sans merci de la minorité musulmane Ouïgoure». La journaliste tient à faire la distinction entre le terrorisme islamiste internationnal et la question des Ouïghours, parlant de la radicalisation de jeunes issus de cette minorité, «poussés à bout par la répression impitoyable qui écrase tous les aspects de la vie des Ouïgours : culture, langue, religion, accès à l’éducation, au travail, voire à un simple passeport».

La France se contente de “regretter”

Suite à cette publication, Ursula Gauthier est convoquée à plusieurs reprises par le Centre international de la presse (IPC), organisme de tutelle des correspondants étrangers rattaché au ministère chinois des Affaires étrangères. Les autorités chinoises lui demande de présenter des excuses, explique L’Obs. “Hors de question” et “impensable” pour la journaliste française qui sera donc obligée de quitter le territoire avant 2016. Elle est la première correspondante étrangère en Chine à faire l’objet d’une telle mesure depuis l’expulsion en 2012 de Melissa Chan, correspondante du service en anglais de la chaîne Al Jazira.

Mathieu Croissandeau, le directeur de la rédaction de L’Obs avait prévenu dans son édito du 23 décembre qu’«au moment où la Chine et la France multiplient les partenariats sur les plans diplomatique, culturel ou économique, l’éviction de notre journaliste constituerait un incident majeur et une atteinte insuportable aux valeurs que nous défendons», notamment la liberté d’expression et le devoir d’information. L’hebdomadaire a dénoncé cependant le silence du quai d’Orsay : «Le gouvernement français est aux abonnés absents.Le Quai d’Orsay est resté particulièrement silencieux sur le sujet» peut-on lire sur leur site. Le porte-parole du ministère français des Affaires étrangères s’est donc fendu d’un communiqué, vendredi, regrettant «que le visa de Mme Ursula Gauthier n’ait pas été renouvelé» et rappelant «l’importance que les journalistes puissent exercer leur métier partout dans le monde». Mathieu Croissandeau a déploré «un très mauvais signal envoyé par la Chine aux journalistes étrangers».

http://www.zamanfrance.fr/article/ouighours-chine-expulse-journaliste-lobs-19257.html