À Londres, des experts des droits de l’homme ouvrent un « Tribunal Ouïghour »

La Croix, 09.04.2021

L’article ci-dessous a été publié par La Croix, photo Tolga Akmen / AFP.

“Du 4 au 7 juin à Londres, plusieurs Ouïghours rescapés de camps sont auditionnés par une organisation informelle et indépendante.

Lire la suite...

Chine : Crimes contre l’humanité au Xinjiang: détention de masse, torture et persécution culturelle à l’encontre des Ouïghours et d’autres musulmans turciques.

Human Rights Watch, 19.04.2021

(New York) – Le gouvernement chinois commet des crimes contre l’humanité contre les Ouïghours et d’autres musulmans turciques dans la région du Xinjiang, dans le nord-ouest de la Chine, a déclaré Human Rights Watch dans un rapport rendu public aujourd’hui. Les dirigeants chinois sont responsables de politiques généralisées et systématiques de détention de masse, de torture et de persécution culturelle, entre autres crimes. Une action internationale coordonnée est nécessaire pour sanctionner les responsables, lutter contre l’impunité et faire pression sur le gouvernement chinois pour qu’il change de cap.

Le rapport de 53 pages, intitulé « ‘Break Their Lineage, Break Their Roots’: China’s Crimes against Humanity Targeting Uyghurs and Other Turkic Muslims » (« ‘‘Briser leur lignée, briser leurs racines’’ : Crimes contre l’humanité de la Chine vis-à-vis des Ouïghours et d’autres musulmans turciques »), rédigé avec l’aide de la Clinique des droits humains et de la résolution des conflits (Human Rights & Conflict Resolution Clinic) de la faculté de droit de Stanford, s’appuie sur de nouvelles informations issus de documents gouvernementaux chinois, d’organisations de défense des droits humains, de médias et d’universitaires pour replacer les actions du gouvernement chinois au Xinjiang dans le contexte juridique international. Le rapport identifie une série d’abus visant les musulmans turciques qui constituent des infractions commises dans le cadre d’une attaque généralisée et systématique dirigée contre une population : détention arbitraire massive, torture, disparitions forcées, surveillance de masse, éradication culturelle et religieuse, séparation des familles, retours forcés en Chine, travail forcé, violences sexuelles et violations des droits reproductifs.

« Les autorités chinoises persécutent les musulmans turciques de manière systématique, qu’il s’agisse de leur vie, de leur religion, ou de leur culture », a déclaré Sophie Richardson, directrice pour la Chine à Human Rights Watch. « Pékin prétend offrir une “formation professionnelle” et une “déradicalisation”, mais cette rhétorique ne peut occulter la sinistre réalité de crimes contre l’humanité. »

Les crimes contre l’humanité sont considérés parmi les violations des droits humains les plus graves en vertu du droit international. L’oppression des musulmans turciques par le gouvernement chinois n’est pas un phénomène nouveau, mais elle a atteint ces dernières années des seuils sans précédent. Outre la détention de masse et des restrictions omniprésentes à la pratique de l’islam, il existe des preuves de plus en plus nombreuses de travail forcé, de surveillance élargie et de séparation illégale des enfants de leurs familles.

« Il est de plus en plus clair que les politiques et pratiques du gouvernement chinois à l’encontre de la population musulmane turcique du Xinjiang correspondent à des crimes contre l’humanité en vertu du droit pénal international », a déclaré Beth Van Schaack, professeure affiliée au Centre de Stanford pour les droits humains et la justice internationale. « L’incapacité du gouvernement à mettre un terme à ces crimes, et encore moins à sanctionner les responsables, démontre qu’une action internationale vigoureuse et coordonnée est nécessaire. »

Human Rights Watch et la Clinique des droits humains de Stanford exhortent le Conseil des droits de l’homme des Nations Unies à adopter une résolution pour créer une commission d’enquête habilitée à enquêter sur les allégations de crimes contre l’humanité commis au Xinjiang, à identifier les responsables des abus, et à fournir une feuille de route afin que ces individus soient tenus de répondre de leurs actes. La Haut-Commissaire des Nations Unies aux droits de l’homme devrait également assurer un suivi et faire rapport sur la situation au Xinjiang, et tenir le Conseil régulièrement informé de l’évolution de ce suivi.

Les gouvernements préoccupés par ces violations devraient imposer des interdictions de visa coordonnées, des interdictions de voyager et des sanctions individuelles ciblées aux autorités responsables d’actes criminels. Ils devraient également engager des poursuites pénales nationales en vertu du principe de « compétence universelle », qui permet aux autorités d’un pays de poursuivre les auteurs de crimes graves commis dans un autre pays. Ces gouvernements devraient aussi adopter des sanctions commerciales et d’autres mesures visant à mettre fin au recours au travail forcé en Chine.

« Il est de plus en plus clair qu’une réponse internationale coordonnée est nécessaire pour mettre fin aux crimes contre l’humanité commis par la Chine à l’encontre des musulmans turciques », a conclu Sophie Richardson. « Que la Chine soit un État puissant rend d’autant plus importante une réponse visant à la tenir pour responsable de ses abus incessants. »

——————-

Lire la suite...

Travail forcé au Xinjiang : des grandes marques de prêt-à-porter visées par une plainte en France

La Libération, 09.04.2021

L’article ci-dessous a été publié par La Libération.

Laurence Defranoux – «Recel de crime de réduction en servitude aggravée, de crime de traite des êtres humains en bande organisée, de crime de génocide et de crime contre l’humanité». Les mots pèsent lourd dans la plainte déposée au tribunal judiciaire de Paris contre des multinationales de l’habillement par un collectif représenté par le cabinet de l’avocat William Bourdon.

Lire la suite...

Ouïghours : Une opération d’espionnage chinoise a été menée sur Facebook

20 Minutes, 25.03.2021

L’article ci-dessous a été publié par 20 Minutes , photo AFP.

Des groupes de hackers chinois utilisent Facebook et d’autres sites et applications mobiles pour piéger et espionner les Ouïghours, a déclaré ce mercredi le réseau social, sans attribuer ces pratiques au gouvernement chinois. « Nous voyons des liens clairs avec les entreprises et les emplacements géographiques de cette activité, mais nous ne pouvons pas formellement prouver qui est derrière cette opération », a précisé le responsable des règlements sur la sécurité du réseau social, lors d’une conférence de presse.

Lire la suite...

Pékin appelle au boycott de H&M et Nike après leurs positions contre le traitement des Ouïghours

rfi, 25.03.2021

L’article ci-dessous a été publié par rfi , photo AFP – GREG BAKER.

À part des rayons un peu moins fréquentés que d’habitude pour une après-midi de fin de semaine et les « baoan » (agents de sécurité) occupés à repousser caméras et appareils photos des journalistes, ce magasin H&M du centre de Pékin semble pour l’instant échapper à l’appel au boycott lancé sur les réseaux sociaux et relayé par la télévision centrale de Chine. Celle-ci a affirmé que la marque payerait certainement un « lourd tribu pour sa mauvaise action » visant le Xinjiang.

Lire la suite...

Ouïgours : l’Union européenne prend des sanctions contre la Chine, qui réplique

Le Monde, 22.03.2021

L’article ci-dessous a été publié dans Le Monde.

C’est une première depuis la répression du mouvement démocratique de la place Tiananmen en 1989.

Lire la suite...

Ouïghours : Jean-Yves Le Drian demande l’envoi d’« une mission d’experts internationaux » en Chine « le plus vite possible »

Public Senat, 10.03.2021

L’article ci-dessous a été publié par Public Senat , photo LP.

Interrogé par la sénatrice écologiste Esther Benbassa sur les exactions commises sur les musulmans Ouïghours par le pouvoir chinois, le ministre de l’Europe et des affaires étrangères a tenu à réaffirmer ses propos tenus fin janvier devant le Conseil des droits de l’homme de l’ONU.

Lire la suite...

Ouïghours : “La Chine remplit tous les critères de définition du génocide”

France Info, 14.03.2021

L’article ci-dessous a été publié par Franceinfo:

Plusieurs pays du monde comme la France et les États-Unis s’insurgent sur la situation des Ouïghours en Chine“Je regarde cela avec de l’espoir. Ce n’était pas facile d’arriver à ce stade-là et ce n’est toujours pas suffisant. Malgré toutes ces condamnations et contestations internationales, la Chine continue et rien n’a changé pour la population ouïghoure”, affirme Dilnur Reyhan, présidente de l’Institut Ouïghour d’Europe.

Lire la suite...

Le Congrès Mondial Ouïghour Embauche!

Le Congrès mondial ouïghour (CMO) est une organisation internationale qui représente les intérêts collectifs du peuple Ouïghour au Turkestan oriental et à l’étranger et qui promeut les droits de l’homme, la liberté et une solution pacifique et non violente, fondée sur l’État de droit, au conflit du Turkistan oriental. Le CMO s’emploie à défendre les droits du peuple ouïgour dans divers forums et s’est imposé comme un partenaire crédible et fiable pour la société civile, les États et les institutions internationales.

Lire la suite...

Après les Etats-Unis, le Parlement canadien reconnaît un “génocide” contre les Ouïghours

franceinfo, 23.02.2021

L’article ci-dessous a été publié par franceinfo, photo LP.

Les députés canadiens ont adopté, lundi 22 février, une motion non contraignante assimilant le traitement réservé par la Chine à sa minorité ouïghoure à “un génocide”, provoquant la colère de Pékin qui l’a qualifiée de “provocation malveillante”.

Lire la suite...