Ouïghours : pourquoi le monde musulman ne réagit-il pas face aux persécutions du gouvernement chinois ?

TV5MONDE, 08.06.2019

La présidente de l’Institut ouïghour d’Europe dénonce dans une tribune, l’immobilisme des pays musulmans face aux crimes contre l’humanité perpétrés par Pékin à l’encontre des Ouïghours, dans la province du Xinjian. Analyse des raisons de ce manque de “solidarité confessionnelle” mondial, avec Slimane Zeghidour, journaliste et éditorialiste à TV5MONDE.

Désolée, mais je ne vous souhaite pas un bon ramadan.” : c’est ainsi que débute la tribune de Dilnur Reyhan (publiée dans l’Obs), présidente de l’Institut ouïghour d’Europe. Cette phrase d’introduction — qui peut sembler provocante au prime abord — est suivie d’une somme de constats terribles sur le traitement réservé aux musulmans du Xinjian : “A l’heure où des millions de Ouïghours et d’autres musulmans souffrent et meurent dans les camps de concentration chinois, où toute la population turcophone de la région ouïghoure est privée de ramadan, où les musulmans sont contraints par les autorités chinoises de manger du porc, de boire de l’alcool, de renier leur religion, où leurs mosquées millénaires sont démolies, leurs livres en écriture arabe brûlés ; à l’heure où vous, pays musulmans, observez un silence complice ; où vous allez même, pour certains d’entre vous, jusqu’à approuver ce monstrueux crime contre l’humanité afin de préserver vos relations avec la Chine, je ne peux pas vous souhaiter un bon ramadan.

Lire la suite...

La tragédie des Ouïghours: une minorité musulmane réprimée en Chine

I24News, 08.06.2019

Abduwali Ayup, chercheur EHESS appartenant à la minorité musulmane des Ouïghours, est rescapé d’un camp de rééducation; il était l’invité d’Orient jeudi soir et s’est exprimé sur la répression que sa communauté connaît actuellement en Chine.

“Ils veulent vous forcer à avouer que vous avez déjà prié, que vous avez déjà jeûné, que vous êtes déjà allé à la mosquée. Ils vous demandent de vous repentir pour ça car vous ne devez pas le faire, vous ne devez pas pratiquer votre religion ni votre culture,”a déclaré Ayup sur i24NEWS.

“Ensuite, ils vous demandent d’accepter que le Parti communiste chinois est Dieu, vous devez dire que ce parti donne la vie, puis vous devez dire que la culture Ouïghour est arriérée, ils nous demandent d’obéir à chaque règle et ordre qu’ils nous donnent,” a-t-il poursuivi.

Lire la suite...

Pays ouïghour – Le monde fantôme (I)

Mediapart, 08.06.2019

Cette pièce apparaît dans le septième numéro à venir du Logic, magazine spécialisé en informations de technologies . Pour pré-commander le numéro, rendez-vous dans notre magasin (en anglais). Voici le lien pour accéder à la version originale du Logic.

Darren Byler

À la mi-2017, un homme ouïgour d’une vingtaine d’années, que je vais appeler Alim, est allé rencontrer un ami pour déjeuner dans un centre commercial de sa ville natale, dans la région autonome du Xinjiang, dans le nord-ouest de la Chine. À un checkpoint de sécurité à l’entrée du centre commercial, Alim a scanné la photo de sa carte d’identité émise par le gouvernement et s’est présenté devant une caméra de sécurité équipée d’un logiciel de reconnaissance faciale. Une alarme a sonné. Les gardes de sécurité l’ont laissé passer, mais quelques minutes plus tard, il a été approché par des policiers du «commissariat de proximité» local, l’un des milliers de commissariats de police à réponse rapide construits tous les 200 ou 300 mètres dans les zones turcs musulmanes de la région. Les policiers l’ont emmené en garde à vue.

Lire la suite...

Des militants non ouïghours luttent pour la liberté des Ouïghours

Bitter Winter, 08.06.2019

Yosef Roth est un Juif qui pense qu’il est de son devoir de croyant juif de tenter de soulager la douleur des musulmans opprimés. Avec Corby Johnson, il a fondé « Rassemblement pour les Ouïghours ».

Rassemblement du 3 mai 2019 à Washington, D.C.

Marco Respinti

En matière de persécution par le sectarisme athée, le pire ennemi d’un groupe religieux est parfois un groupe d’une confession religieuse différente. Les rivalités et les luttes internes, tristes mais vraies, sont le plus souvent à l’origine de courts-circuits, de trahisons et de complicités avec le bourreau. Chaque fois, ce sont les graves souffrances des innocents qui marquent inévitablement la fin de l’histoire. C’est moralement insoutenable, et c’est aussi, à la lumière des paroles et des idées immortelles du pasteur luthérien allemand Martin Niemöller (1892-1984) de sa célèbre poésie qui ont pris et prennent chaque jour de nouveau vie et sens dans la Chine actuelle, stratégiquement peu clairvoyant.

Lire la suite...

La Chine prône le mariage interethnique pour assimiler les Ouïghours

LeMuslimPost, 25.05.2019

En Chine, les élèves issus d’un mariage interethnique vont bénéficier d’un doublement de leur « bonus » au bac dans la région instable du Xinjiang, une mesure visant à « assimiler » la population musulmane, accusent des experts.

Le Xinjiang a été frappé ces 10 dernières années par des attentats sanglants attribués aux Ouïghours, une ethnie musulmane et de langue turque. La cohabitation avec les Hans (Chinois de souche) est parfois tendue.

Lire la suite...

« Camps de concentration » au Xinjiang : Pékin dément les accusations américaines

Nouvelobs, 15.05.2019

La Chine a fermement rejeté lundi 6 mai les accusations d’un haut responsable américain selon lesquelles trois millions de personnes, pour la plupart de confession musulmane, seraient internées dans des « camps de concentration » au Xinjiang, région instable du nord-ouest du pays où vivent la majeure partie des Ouïgours, une minorité musulmane.

Lire la suite...

Le monde doit sauver les Ouïghours

mediapart, 13.03.2019

Cet article a été publié originellement en anglais sur le site The Diplomat le 15 février 2019. Pour accéder à la version originale : https://thediplomat.com/2019/02/the-world-must-save-the-uyghurs/?fbclid=IwAR17VFSippR-3w8HhlESL-htBzDyRIyDmmViyEdYOZIaYTEd3psYwNIfxi8

Benedict Rogers

“Fils, ils me prennent.” Ce sont les derniers mots que Kuzzat Altay, 34 ans, a entendu de son père, dans un message WeChat il y a presque exactement un an. Son père, un Ouïghour du Xinjiang âgé de 67 ans, ferait partie des quelque 1 million de personnes forcées de vivre dans des camps de prisonniers politiques, parfois appelés camps de rééducation, dans la région du nord-ouest de la Chine où la répression des droits de l’homme est la plus sévère depuis la révolution culturelle.

Lire la suite...

Une faille de sécurité révèle l’inquiétante surveillance des Ouïghours en Chine

Clubic, 21.02.2019

Un chercheur en cybersécurité a détecté une vulnérabilité permettant d’accéder à une colossale base de données tenue par une entreprise chinoise de reconnaissance faciale. Cette découverte a permis de mettre au jour une politique de surveillance généralisée à l’égard de millions d’habitants de l’Ouest du pays, principalement des Ouïghours, minorité musulmane.

Victor Gevers, chercheur en sécurité informatique, ne s’attendait certainement pas à cela. En découvrant une faille de sécurité, il a en réalité mis en lumière un pan de la politique de surveillance du gouvernement chinois, dirigée contre la minorité ouïghoure.

Lire la suite...

INTERNATIONALDes ONG réclament une enquête de l’ONU sur la détention des Ouïghours en Chine

Lemuslimpost

« Ensemble, nous lançons un appel aux Etats membres du Conseil des droits de l’Homme de l’ONU pour qu’ils mettent en place, lors de la prochaine session à la fin du mois, une mission d’établissement des faits chargée d’enquêter » sur la détention « arbitraire » des Ouïghours dans le Xinjiang, a déclaré le directeur de Human Rights Watch, Kenneth Roth.

Une telle enquête doit être décidée par la majorité des 47 Etats membres du Conseil, dont la Chine est actuellement membre.

Lire la suite...

« Des dizaines de membres de ma belle-famille ont disparu » – l’autre 11 septembre de Rushan Abbas

Source: Bitter Winter

Ce jour-là, sa sœur et sa tante ont disparu. C’était six jours après que la célèbre militante ouïghoure a dénoncé la disparition de beaucoup d’autres, parmi lesquels des bébés.

Rushan Abbas consacre sa vie à la défense des libertés religieuses et des droits humains pour les Ouïghours.

Marco Respinti

La première fois que j’ai rencontré Mme Rushan Abbas, c’était à Genève, le jour où le Conseil des droits de l’homme des Nations unies a examiné la situation de la Chine dans le cadre de l’Examen périodique universel. La pancarte qu’elle portait m’a fait grande impression, il y avait la photo d’une femme ouïghoure d’âge mûr et les mots suivants : « Où est ma sœur ? Elle est médecin, elle n’a pas besoin de formation ». Officiellement, les camps de détention de masse au Xinjiang portent le nom de camps de « rééducation », et des gens y sont torturés et y meurent alors que le Parti communiste chinois prétend qu’il leur dispense une « formation » pour les guérir de leur extrémisme religieux.

Lire la suite...