L’arrestation de la poétesse Chimengul Awut, signe du destin condamné de l’identité ouïghoure

Novastan

Au début du mois de novembre dernier, une nouvelle inquiétante concernant la poétesse Chimengul Awut a circulé sur Facebook. D’après cette rumeur, l’auteure ouïghoure aurait perdu la vie dans un camp de concentration chinois où elle serait internée. La nouvelle a été très vite réfutée grâce à l’enquête du service en langue ouïghoure de Radio Free Asia (RFA).

Lire la suite...

Le contrôle de l’esprit en Chine a une très longue histoire

Mediapart

La Chine a construit un vaste réseau de camps d’internement extrajudiciaires dans la région occidentale du Xinjiang, où les Ouïghours et les autres minorités musulmanes sont obligés de renoncer à leur culture et à leur religion et sont soumis de force à un endoctrinement politique.

Lire la suite...

Avis de raidissement politique au Ningxia. Réflexions sur les risques du totalitarisme idéologique

Question Chine

La dernière fois que QC avait évoqué le Ningxia, creuset de la population Hui, groupe de religion musulmane jusqu’à présent la mieux intégrée à la culture chinoise, c’était à propos de la mosquée de Weizhou dont la destruction avait été suspendue après la protestation des fidèles. Lire : Contrôle des religions et grabuge autour d’une mosquée.

Lire la suite...

Le récit d’une détenue ouïghoure torturée dans un camp d’internement en Chine

Share America

Une jeune mère ouïghoure dit avoir été torturée et assujettie à d’autres conditions sévères dans l’un des camps de « rééducation » établis par le gouvernement chinois dans la Province autonome ouïghoure du Xinjiang. Selon le département d’État, Beijing y aurait envoyé 800 000 musulmans et peut-être même plus de 2 millions de personnes depuis avril 2017.

Lire la suite...

Suivi des goulags musulmans chinois-Transformer le désert en camps de détention

Mediapart

Un panel des Nations unies a accusé la Chine de transformer sa région très éloignée du Xinjiang dans l’ouest du pays «en un camp d’internement gigantesque, plongé dans le secret, une” zone sans droits “. Il estime qu’il pourrait y avoir jusqu’à un million de musulmans qui ont y’été détenus.

Lire la suite...

L’ISLAM EST UNE « MALADIE MENTALE » QUI DOIT ÊTRE « GUÉRIE » DIXIT LA CHINE

Al-hamdoulillah

Moustafa se couche tous les soirs en craignant qu’on frappe à sa porte. Il s’attend à ce que cela puisse arriver à tout moment. Il est d’origine ethnique ouïghoure. Ses ancêtres ont vécu et travaillé au sommet de cette terre pendant des siècles, terre que le gouvernement communiste chinois naissant a annexé en 1949.

Lire la suite...

Le cauchemar de la « rééducation » des Musulmans en Chine

lemonde.fr

C’est toute une population musulmane que Pékin veut lobotomiser en « rééduquant » des centaines de milliers d’entre eux dans des camps d’internement.

Lire la suite...

Chine : la réalité du calvaire des Ouïghours surgit dans les récits des exilés

France Culture

Les médias australiens et américains livrent les témoignages de membres de la minorité musulmane chinoise en exil, sur les internements de force et les tortures qu’ils subissent chez eux. La presse britannique doute des méthodes de Theresa May pour “vendre” son Brexil à travers le Royaume-Uni.

Lire la suite...

Xinjiang : identités en sursis

Novastan

Aux confins nord-ouest de la Chine se révèle l’immense province du Xinjiang (littéralement: « nouvelle frontière »), plus rarement appelé Turkestan oriental. Jusqu’à peu, cette région était majoritairement peuplée d’Ouïghours, un peuple turcophone et musulman sunnite, mais également de Kazakhs, Hui, Kirghiz, Mongols, Tadjiks et autres minorités venues d’Asie centrale.

Lire la suite...

Interpol : le scandale des notices rouges

Lyon Capitale

Des régimes autoritaires comme la Russie, la Chine ou la Turquie se sont fait une spécialité de dévoyer les objectifs d’Interpol afin de faire poursuivre aux quatre coins de la planète des journalistes ou des dissidents politiques. L’organisme, qui fait preuve d’une grande opacité et est désormais présidé par le patron de la police secrète chinoise, Meng Hongwei, vient néanmoins d’améliorer sérieusement sa procédure de recours. Sans régler à la source le scandale des “notices rouges”.

Lire la suite...