Le mouvement international des femmes ouïghoures se lance

MEDIAPART, 09.03.2018

Face à l’oppression accrue de la Chine dans leur pays sous prétexte de sécurité et de lutte anti-terrorisme accusant tout un peuple de potentiellement dangereux pour leur identité religieuse et ethnique, les femmes ouïghoures de la diaspora ont décidé de prendre les choses en main. Elles organisent, dans un premier temps, une manifestation silencieuse à travers le monde le 15 mars.

Les conséquences néfastes de l’occupation chinoise au Turkestan oriental au cours de cette dernière année ont gagné en intensité et touchent encore plus de personnes. Cependant, ni les Nations Unies, ni les institutions étatiques des pays démocratiques n’y prêtent attention.

Le 15 mars 2018, le collectif des femmes ouïghoures One Voice One Step (Une Voix Un Pas) dans les différents pays au monde organise une manifestation commune devant ces instances nationales et supranationales. Initiée et organisée par les femmes ouïghoures, cette manifestation est soutenue par les hommes et elles appellent les hommes et les femmes du monde entier à les rejoindre.

Rejoignez-nous à Paris devant l’Assemblée Nationale, au 126 Rue de l’Université 75006 Paris, pour demander aux parlementaires français de protéger les droits humains des Ouïghours. Nous organiserons un rassemblement silencieux de 11h à 15h devant l’Assemblée Nationale avec nos banderoles et tracts expliquant le sens de notre action silencieuse et la situation au Turkestan oriental.

La Chine contourne sans crainte toutes les normes établies dans la Déclaration universelle des droits humains. Les Ouïghours sont surveiller de manière extrême par le gouvernement chinois. Ils subissent une politique d’assimilation forcée, les obligeant à rompre avec leur identité ethnique et culturelle. Au Turkestan oriental, 10% du peuple ouïghour se trouve actuellement dans les camps de concentration (appelés camps de « rééducation »), les femmes sont victimes d’avortement forcé. Les Ouïghours vivant au Turkestan oriental qui sont en contact avec leurs proches partis à l’étranger sont victimes de persécution par le gouvernement chinois. Les personnes emprisonnée sont détenues arbitrairement, et sont soumises à des traitements inhumains entrainant souvent leur mort. Ce traitement contraste largement avec le discours officiel chinois sur l’autonomie des provinces, et de promotion de « l’harmonie nationale ».

Montrez-vous et défendez les valeurs humaines et humanistes pour les Ouïghours persécutés par la Chine avec nous. Nous demandons aux Nations Unies d’appliquer la Déclaration des droits humains et de tenir la Chine pour responsable de leur traitement cruel des Ouïghours.

Allons tous ensemble – soyons une voix et faisons un pas pour montrer que nous ne resterons pas indifférents aux crimes perpétrés par le gouvernement chinois contre les droits fondamentaux du peuple ouïghour. A la suite de la Seconde Guerre mondiale, le monde entier et la justice internationale avaient condamnés unanimement l’existence des camps de concentration, notamment sur le critère ethnique… il est urgent de se mobiliser ensemble pour fermer les camps de concentration où 10% des Ouïghours sont détenus actuellement au Turkestan oriental par le régime chinois.

La neutralité aide l’oppresseur, jamais la victime. L’inaction encourage le persécuteur, jamais le persécuté.

#ONEVOICEONESTEP

#UNEVOIXUNPAS