La maison d’édition allemande Springer Nature s’autocensure en Chine

rfi, 04.11.2017
Selon une information révélée par le Financial Times, la maison d’édition allemande de revues scientifiques Springer Nature vient de bloquer en Chine l’accès à plus de 1000 de ses articles dont le contenu aurait pu déplaire au régime communiste.

De notre correspondante à Shanghai, Angélique Forget

Les articles concernés par cette vague d’autocensure contenaient des mots jugés politiquement sensibles par le pouvoir chinois comme « Tibet », « Taiwan » ou « Révolution Culturelle ». Selon le Financial Times, ils ont été supprimés du site internet Springer Nature en Chine. Ils étaient publiés dans deux revues : le Journal des sciences politiques chinoises et Politiques internationales.

Dans un communiqué, Springer Nature assure que ce blocage ne concerne que « 1% » de ses articles au total et que le reste est toujours accessible. Il ajoute que la maison d’édition est obligée de se conformer aux « lois de distribution locale » et que cela n’a aucune influence d’un point de vue éditorial sur leurs publications.

Ce n’est pas la première fois qu’un éditeur s’autocensure pour être autorisé à continuer à vendre en Chine. En août dernier, les Presses universitaires de Cambridge avaient retiré plus de 300 articles en ligne de leur revue de sinologie, sur instructions de Pékin. Une pétition avait alors recueilli des centaines de signatures. L’éditeur avait dû fait marche arrière et avait fini par republier ses articles.