Le Congrès mondial Ouïghours appelle à une enquête internationale dans le cadre de tueries en Chine

Ajib, 31 Decembre 2013

A l’occasion du Congrès mondial Ouïghour (CMO), les participants ont fermement condamné l’attitude des autorités chinoises, envers cette minorité. Les Ouïghours, ces musulmans qui se concentrent dans la région du Kinjiang, à l’Ouest de la Chine, sont persécutés par le gouvernement chinois. Basé à Munich, le Congrès mondial Ouïghour a déclaré dans un communiqué publié mardi […]

A l’occasion du Congrès mondial Ouïghour (CMO), les participants ont fermement condamné l’attitude des autorités chinoises, envers cette minorité.
Les Ouïghours, ces musulmans qui se concentrent dans la région du Kinjiang, à l’Ouest de la Chine, sont persécutés par le gouvernement chinois.
Basé à Munich, le Congrès mondial Ouïghour a déclaré dans un communiqué publié mardi dernier qu’il appelle à une enquête indépendante par des organisations internationales sur les violences commises lundi 30 décembre.
En effet, ce lundi là, dans la ville de Kasghar, des forces de sécurité chinoises ont tué huit personnes soupçonnées d’avoir attaqué un poste de police. Les autorités chinoises de la région les accusent d’avoir lancé des engins explosifs et d’avoir mis le feu à des voitures de police.

Le Congrès mondial Ouïghour demande donc une enquête impartiale, par des personnes extérieures. Il demande une autorisation pour que des médias indépendants puissent entrer dans le territoire.

Le gouvernement chinois justifie ces violences, ces arrestations et ces homicides pourtant illégaux et basés sur un manque de preuves, et une absence de jugement, par sa volonté de lutter contre le terrorisme.
Ce prétexte n’est en réalité qu’une manière d’étouffer la dissidence ouïghour comme le rappelle régulièrement le Congrès mondial Ouïghour. Le Gouvernement chinois a profité du 11 septembre 2001 et son programme anti-terroriste pour mener une répression contre les musulmans de la région.

La violence de l’Etat chinois se manifeste au quotidien chez ce peuple, dont les droits et les libertés sont considérablement restreints. La liberté de religion est sans cesse violée. Ces musulmans sont fichés, et n’ont par exemple pas le droit de jeûner, notamment les mineurs, sous peine d’une amende.

http://www.ajib.fr/2013/12/le-congres-mondial-ouighours-appelle-a-une-enquete-internationale-dans-le-cadre-de-tueries-en-chine/