Un Défenseur des Droits de l’Homme Ouïghour Expulsé des Nations Unies

UNPO 5月9月2017年

纽约市,2017年5月8日– 2017年4月26日,多里坤·艾沙,捍卫的人权
维吾尔族,状语从句:国家人民的组织的成员没有代表
(UNPO)谁出席了联合国土著问题常设论坛问题
原住民(土著问题常设论坛)国该离开的被迫房地
美(A)。

Lire la suite...

ANNONCE DE CONFERENCE : Le droit à la langue maternelle des Ouïghours en Chine Perspectives, défis et objectifs

WUC-Logo2

Communiqué de presse – Pour diffusion immédiate
05 février 2014
Contact : World Uyghur Congress http://www.uyghurcongress.org
0049 (0) 89 5432 1999 ou contact@uyghurcongress.org
En France: ouighourbiz@gmail.com

Le Congrès Mondial Ouïghour (CMO) a l’honneur d’annoncer qu’il tiendra une Conférence le 21 février 2014 à Paris, France, intitulée « Le droit à la langue maternelle des Ouïghours en Chine – Perspectives, défis et objectifs ». Cet événement coïncidera avec le 15ème anniversaire de la Journée Internationale de la Langue Maternelle de l’UNESCO, et se tiendra en collaboration avec l’Organisation des Nations et des Peuples non représentés (UNPO), le Centre PEN International Ouïghour et le Centre PEN International français. La Conférence réunira divers participants pour examiner la situation à laquelle est confrontée la langue ouïghoure dans la République populaire de Chine (RPC). La Conférence aura lieu à l’endroit et à l’horaire suivants :

Centre de Conférences Capital 8
32 rue Monceau – 75008 PARIS
9:30 – 13:30

Lire la suite...

QUATRE ANS APRÈS LA VAGUE D’ÉMEUTES, LA LIBERTÉ D’INFORMATION TOUJOURS ABSENTE AU XINJIANG

RSF, 5 Juillet 2013

A la veille du quatrième anniversaire des émeutes qui ont frappé la région autonome ouïgoure, le 5 juillet 2009, entraînant la répression de l’Armée populaire de libération et la coupure de tous les moyens de télécommunication pendant près d’une semaine, Reporters sans frontières dresse un bilan critique de la situation de la liberté de l’information dans une des régions où les plus étroitement surveillées du territoire chinois.

Lire la suite...

Les militants ouïghours des Droits de l’Homme organisent une manifestation avec les militants tibétains, du Falungong et les dissidents chinois pendant la visite en France du Président chinois Hu Jintao

A diffuser immédiatement
3 novembre 2010
Contactez: Congrès Mondial Ouïghour www.uyghurcongress.org

Le 4 novembre 2010 à 15h, lors de la visite à Paris du Président chinois Hu Jintao, l’Association des Ouïghours de France rejoint les militants tibétains, du Falungong et les dissidents chinois pour protester contre la violation flagrante et incessante des Droits de l’Homme exercée par le gouvernement chinois. Les manifestants marcheront pacifiquement depuis le Parvis des Droits de l’Homme au Trocadéro jusqu’à l’Ambassade de Chine à Paris. La marche est organisée par l’Association de la Communauté Tibétaine de France et ses Amis.
(Voir http://www.tibetan.fr/?Paris-Une-manifestation-nationale)

Le Congrès Mondial Ouïghour (WUC) demande au Président français Nicolas Sarkozy et les ministres de son gouvernement d’exprimer la préoccupation de la France sur la persécution et répression du gouvernement chinois contre les Ouïghours et autres peuples. WUC est basée en Allemagne et est une organisation faîtière des Droits de l’Homme pour les Ouïghours à travers le monde.

La visite du président Hu Jintao en France est une bonne occasion pour le président Sarkozy et le gouvernement français afin de démontrer leur attachement aux droits de l’homme et à la dignité humaine et  la préoccupation de la France au président Hu sur le traitement brutal et répressif du gouvernement chinois contre l’ ouïghour et les autres peuples », dit la présidente du WUC, l’ancienne prisonnière de l’opinion, nominée plusieurs fois au Prix Nobel de la paix.

Lire la suite...

Chine : les militants en faveur des droits humains sont persécutés

Amnesty International France
17 octobre 2010

La remise du prix Nobel de la paix à Liu Xiaobo a attiré l’attention de la communauté internationale sur les persécutions que lui font subir les autorités chinoises, qui l’ont condamné à 11 ans de prison pour « incitation à la subversion de l’État » à l’issue d’un procès inique.

Mais Liu Xiaobo n’est pas le seul militant chinois en faveur des droits humains actuellement en détention dans le pays. Ces prisonniers d’opinion sont détenus uniquement pour avoir exercé de manière pacifique leur droit à la liberté d’expression.

Le mouvement de défense des droits fondamentaux en Chine grandit mais les personnes qui tentent de signaler des violations des droits humains ou de remettre en cause des mesures gouvernementales jugées politiquement sensibles risquent fortement de voir leurs droits bafoués. Les autorités ont souvent recours à des chefs d’inculpation formulés en des termes vagues, tels que « mise en danger de la sécurité de l’État », « subversion de l’État » ou encore « séparatisme », afin de réduire au silence et d’emprisonner des militants pacifiques.

La femme de Liu Xiaobo, Liu Xia, est devenue une nouvelle victime de cette répression : elle a été assignée à résidence dès son retour chez elle après une visite à Liu Xiaobo, qui venait de recevoir le prix Nobel. Ci-dessous, Amnesty International décrit la situation de cinq autres militants chinois de premier plan qui ont été enfermés pour avoir osé critiquer le gouvernement.

Hairat Niyaz
Purge actuellement une peine de 15 ans de réclusion ; détenu au secret dans un lieu inconnu.

Journaliste ouïghour et rédacteur pour des sites internet, Hairat Niyaz a été condamné pour « mise en danger de la sécurité de l’État » à la suite des émeutes de 2009 à Ürümqi, la capitale de la région autonome ouïghoure du Xinjiang, pour des essais qu’il avait rédigés avant les manifestations et des entretiens qu’il a accordés à des journalistes de Hong Kong. L’avertissement qu’il a adressé aux autorités chinoises concernant la menace de violences ethniques dans la région, la veille des manifestations qui se sont tenues à Ürümqi et ont coûté la vie à 197 personnes, est resté vain.

Lire la suite...

APPEL A LA MANIFESTATION PAR LE WORLD UYGHUR CONGRESS: REJOIGNEZ NOUS POUR LA COMMEMORATION A PARIS DU 1ER ANNIVERSAIRE DES EVENEMENTS DU 5 JUILLET 2009 A URUMQI

COMMUNIQUE DE PRESSE
POUR DIFUSSION IMMEDIATE
Munich, 29 juin 2010

A l’occasion du premier anniversaire des événements du 5 juin 2009 à Urumqi, la capitale régionale du Turkestan Oriental (dénommée par la Chine “Région Autonome Ouïghoure du Xinjiang”), le World Uyghur Congress (WUC) et ses organismes affiliés organisent une série de manifestations les 4 et 5 juillet 2010 dans pas moins de 20 villes sur toute la planète. Il s’agit de rappeler au monde entier ce qu’il s’est passé ce 5 juillet 2009 : le peuple ouïghour avait osé descendre pacifiquement dans les rues d’Urumqi. Il manifestait ainsi sa colère contre l’inaction du gouvernement face à l’assassinat d’au moins deux travailleurs Ouïghours par des travailleurs chinois han dans une usine de jouets dans la province du Guangdong. Le 5 juillet, la police et les forces de sécurité chinoises avaient brutalement dispersé les manifestants, tuant par la même occasion de nombreux Ouïghours.

Lire la suite...