Présidentielle kirghize: les enjeux pour la démocratie

rfi, 14.10.2017

Le 15 octobre, les citoyens du Kirghizistan sont appelés aux urnes pour élire leur cinquième président. Dans un contexte d’instabilité économique et de dépendance énergétique envers ses voisins, la seule démocratie d’Asie centrale doit faire face à de nouveaux défis. Tour d’horizon des enjeux de cette présidentielle.

Lire la suite...

Hong Kong refoule un défenseur des droits de l’homme britannique

rfi, 14.10.2017

Le militant britannique des droits de l’homme, Benedict Rogers a été refoulé à la frontière de Hong Kong ce mercredi 11 octobre, alors qu’il arrivait à titre privé. Il n’a pas non plus été autorisé à voir son avocat Albert Ho qui s’était rendu à l’aéroport. Il a simplement été remis directement sur un vol retour vers Bangkok puis Londres.
Cette décision a surpris et choqué dans l’ancienne colonie britannique car si certains dissidents chinois sont régulièrement interdits à Hong Kong, c’est beaucoup plus rare pour les Occidentaux.

Lire la suite...

The Trail from Xinjiang : récit amer de la vie des « voleurs ouïghours »

Le Journal International, 5 Octobre 2017

Par Bie Hu – Les Ouïghours sont une des minorités reconnues par la Chine. En grande majorité musulmane et turcophone, la population est originaire de Xinjiang. Après son intégration à la Chine en 1759, cette région a connu dans la première moitié du XXème siècle de brèves périodes d’indépendance. D’innombrables affrontements entre les séparatiste Ouïghours et le régime chinois se sont ensuivis. Au niveau social, les tensions sont également palpables. L’ethnie Han, majoritaire en Chine, a de nombreux préjugés à l’égard de cette minorité.

Lire la suite...

Chine: l’Assemblée générale d’Interpol et la «chasse aux renards» de Pékin

rfi, 27.09.2017

Un millier de hauts fonctionnaires de la police de 190 pays sont réunis à Pékin jusqu’au vendredi 29 septembre pour leur Assemblée générale. Ils doivent discuter terrorisme international et cybercriminalité à l’invitation de la Chine, qui profite de ce grand rendez-vous pour confirmer sa place au sein de cette police internationale.

De notre correspondante à Pékin,

A peine un mois avant le grand congrès du Parti communiste, cette assemblée d’Interpol donne à Xi Jinping une formidable plateforme internationale. « La Chine est aujourd’hui considérée comme l’un des pays les plus sûrs au monde » s’est félicité le président chinois devant ses invités. « C’est une importante contribution de la Chine au monde ! »

Cette réunion est aussi l’occasion de parler de l’un des combats phares du numéro 1 chinois : la lutte anti-corruption. « Grâce à la collaboration au sein d’Interpol, la Chine a pu chasser des fugitifs partis à l’étranger et empêcher d’autres de quitter le territoire », se réjouit le journal de propagande Global Times.

Collaboration internationale

La presse officielle rapporte que des policiers chinois ont fait avancer bon nombre d’enquêtes avec l’aide de leurs collègues dans le monde. La police chinoise aurait enquêté main dans la main avec leurs collègues étrangers dans plus de 4 000 cas. D’ailleurs ce que Pékin appelle « la chasse aux renards », c’est-à-dire la chasse planétaire des fugitifs, aurait déjà permis de rapatrier au moins 2 500 escrocs présumés.

Heureux hasard ou fin stratagème ? A la veille de la conférence d’Interpol, l’un des 100 fugitifs les plus recherchés sur la liste de la « notice rouge » d’Interpol s’est rendu à la police. Xu Xuewei, un homme d’affaires accusé de fraude, est rentré des Etats-Unis où il avait trouvé refuge depuis 2012. Pour la Commission de discipline, l’organisme anti-corruption, c’est bien la preuve qu’il n’y a « plus de paradis sécurisé à l’étranger ».

Inquiétude des défenseurs des droits de l’homme

Que ce soit Amnesty International ou Human Rights Watch, les ONGs s’alertent – surtout depuis qu’Interpol a élu, fin 2016, le Chinois Meng Hongwei comme président. Meng Hongwei est vice-ministre de la Sécurité publique. La crainte est que la Chine pourrait se servir d’Interpol pour rapatrier des opposants politiques.

Il faut savoir qu’être rapatrié en Chine signifie être exposé à la torture, voire à la peine capitale et à des tribunaux qui condamnent plus de 99% des prévenus. Tout accord d’extradition avec la Chine est donc délicat. La France a finalement ratifié un tel accord en 2015. Depuis, au moins deux personnes ont été transférées vers la Chine.

Lire la suite...

Kredite, Energie und Kupferrohre: Tadschikistan wuchsen aus dem Gipfel des BRICS

NOVASTAN, 14.09.2017

Emomali Rahmon s’est rendu en Chine le 5 septembre dernier. Le Président du Tadjikistan a pris part à des négociations avec les Président chinois Xi Jinping et a participé à un sommet du BRICS.

Novastan traduit et reprend ici un article initialement publié par Sputnik Tajikistan.

Le neuvième sommet du BRICS (Brésil, Russie, Inde, Chine, Afrique du Sud) s’est déroulé du 3 au 5 septembre dernier à Xiamen, en Chine. Au total, dix pays y étaient représentés, notamment le Tadjikistan.

Lire la suite...

Un Défenseur des Droits de l’Homme Ouïghour Expulsé des Nations Unies

UNPO 5月9月2017年

纽约市,2017年5月8日– 2017年4月26日,多里坤·艾沙,捍卫的人权
维吾尔族,状语从句:国家人民的组织的成员没有代表
(UNPO)谁出席了联合国土著问题常设论坛问题
原住民(土著问题常设论坛)国该离开的被迫房地
美(A)。

Lire la suite...

Chine : une équipe de la BBC agressée lors d’un reportage

Europe 1, 4 Mars 2017

8923088zLes journalistes s’apprêtaient à récolter le témoignage d’une femme souhaitant porter plainte contre les autorités locales.

Une équipe de la BBC a été agressée alors qu’elle prévoyait de couvrir le voyage à Pékin d’une femme tentant de porter plainte contre les autorités, a dénoncé vendredi le Club des correspondants étrangers en Chine.

“Des voyous (à la solde) des autorités locales.” Une vidéo diffusée sur le site du groupe audiovisuel britannique montre l’équipe prise à partie physiquement cette semaine dans un village de la province du Hunan (centre) “par des voyous (à la solde) des autorités locales” qui ont cassé leur équipement vidéo. Selon le journaliste John Sudworth, les mêmes hommes, en présence de policiers en uniformes et de fonctionnaires locaux, ont ensuite obligé l’équipe à signer “des aveux” et “des excuses” sous la menace de nouvelles violences.

Lire la suite...

La Chine continue sa course effrénée à l’armement

RFI, 15 Février 2017

328ru0hfj«La Chine continue de s’armer plus vite que les autres pays» au point de rattraper les Occidentaux, affirme le très sérieux Institut international pour les études stratégiques de Londres dans son rapport annuel. «La supériorité technologique militaire de l’Occident, qui était considérée comme acquise, est même de plus en plus contestée», souligne aussi John Chipman, le directeur de l’IISS. Pékin a dépensé l’an dernier 145 milliards de dollars pour sa défense, loin derrière les Etats-Unis dont le budget militaire est quatre fois supérieur, mais nettement plus que la Russie (troisième budget mondial avec 58,9 milliards de dollars, pensions comprises), l’Arabie Saoudite (56,9), le Royaume-Uni (52,5) ou encore la France (47,2).

Lire la suite...

Comment la Chine étend son empire maritime

Courrier International, 2 Février 2017

8765t77654Le port pakistanais de Gwadar, sur la mer d’Arabie, surplombe les artères vitales de l’énergie mondiale. Les voies maritimes à proximité voient passer l’essentiel du pétrole importé par la Chine ; toute interruption dans le trafic pourrait provoquer l’asphyxie de la deuxième économie mondiale.

La place portuaire de Gwadar, financée, construite et possédée par la Chine, occupe donc un emplacement stratégique. Et même si Islamabad et Pékin se défendent depuis des années d’avoir des visées militaires concernant ce port, en soulignant qu’il s’agit d’un projet strictement commercial, leur masque est en train de tomber.

Lire la suite...

Journée de l’avocat en danger : mobilisation pour les avocats chinois à Paris

Epoch Times, 1 Février 2017

hsdjgdkwEn Chine, de nombreux avocats ont dû affronter l’arrestation et parfois la torture, cela pour avoir défendu les droits de leurs clients. Portrait d’un système judiciaire à la solde d’une idéologie communiste.

La journée de l’avocat en danger a mobilisé le 26 janvier les avocats dans une trentaine de villes dans le monde. La situation en Chine a été décryptée au cours de l’événement et le sort de ces avocats est devenu un sujet de discussion. À Paris, des membres du Barreau se sont mobilisés pour manifester devant l’ambassade de Chine.

Sur 300 000 avocats que compte la Chine, seuls 500 s’impliquent pour faire respecter les droits, parfois les plus élémentaires, des citoyens. Un engagement qui se traduit par une persécution à travers des moyens légaux ou illégaux de la part des autorités locales.

Lire la suite...