Microsoft refuse de partager son code source avec la Chine

ZDNet, 5 Décembre 2016

zdnetLégislation : Dévoiler ses bijoux de famille à la Chine pour des raisons de cybersécurité ? Jamais de la vie, a répondu Microsoft, mais aussi IBM et Intel.

Microsoft, Intel et IBM refusent de remettre leurs bijoux de famille à la Chine. C’est ainsi que titre ironiquement The Register concernant la demande des autorités chinoise. Dans le cadre d’une nouvelle loi sur la cybersécurité, la Chine exige, entre autres, des entreprises qu’elles fournissent leur technologie.

Les régulateurs pourront ainsi examiner leur conception, dont le code source, afin de détecter d’éventuelles failles de sécurité. Pour le gouvernement chinois, une telle mesure est nécessaire pour s’assurer que la sécurité nationale n’est pas menacée. Pour des entreprises étrangères, c’est en revanche un peu trop.

Lire la suite...

Dévaluation, déploiement militaire en mer de Chine… Donald Trump critique Pékin

Le Monde, 398237euoiad Décembre 2016

Le président américain élu Donald Trump ne fait décidément rien comme ses prédécesseurs. Dimanche 4 décembre au soir, sur Twitter, il s’est lancé dans une attaque en règle de la politique des changes et militaire de la Chine.

Deux tweets agressifs

M. Trump, qui a maintenu un ton de fermeté à l’égard de la Chine durant sa campagne électorale, a notamment accusé la Chine de dévaluer sa monnaie pour mieux concurrencer les entreprisesaméricaines et de se renforcer dans le Pacifique.

« Est-ce que la chine nous a demandé si c’était bien de dévaluerleur monnaie (ce qui complique la tâche de nos entreprises pour être compétitives), de lourdement taxer nos produits importés dans leur pays (les Etats-Unis ne les taxent pas) ou de bâtir un vaste complexe militaire en mer de Chine méridionale ? Je ne crois pas ! »

Lire la suite...

Facebook s’autocensure pour accéder au marché chinois

The Epoch Times, 28 Novembre 2016

xi-jinping-marc-z-675x400Pendant de longues années, le marché des 700 millions d’internautes chinois, pris en otage par le régime communiste, a été maintenu hors de portée du réseau social tentaculaire de Mark Zuckerberg. Voilà qui pourrait changer si Facebook suit la stratégie des sites chinois approuvés : obéir au Parti et appliquer la censure.

Le 22 novembre, le New York Times rapporte des révélations de sources anonymes : Facebook développe actuellement un outil pour traquer certains types de messages et de contenus, ils sont ensuite masqués et disparaissent au niveau du centre local en charge de les redistribuer. L’équipe travaillerait sous les ordres du vice-président Vaughan Smith.

Zuckerberg, le président de Facebook n’a jamais caché ses affinités pour la Chine : son épouse est chinoise, il faisait autrefois son jogging dans les rues polluées de Pékin, a placé une copie du livre du chef du Parti sur son bureau (afin qu’il tombe dans l’œil des journalistes), et il apprend le mandarin. Pourtant, malgré tant d’efforts, à ce jour seul le personnage pouvait pénétrer en Chine, son site non.

Lire la suite...

Chine: les habitants du Xinjiang doivent rendre leurs passeports

Liberation, 25 Novembre 2016

968081-la-ville-d-urumqi-dans-le-xinjiang-au-nord-ouest-de-la-chine-le-18-juillet-2016Les habitants de la région chinoise du Xinjiang (nord-ouest), régulièrement touchée par des attentats, doivent désormais remettre leurs passeports à la police pour «inspection et contrôle», a indiqué jeudi un média officiel.

«Toute personne ayant besoin de son passeport devra faire une demande au poste de police», a déclaré sous couvert d’anonymat un policier de la préfecture d’Aksu au journal Global Times, ajoutant que la mesure était généralisée dans toute la région.

Le Xinjiang est notamment peuplé par plus de 10 millions de Ouïghours, majoritairement musulmans. De nombreux membres de cette ethnie se plaignent de discriminations sur le marché du travail et de restrictions visant leur pratique religieuse.

Une frange radicalisée de cette population est à l’origine d’attentats meurtriers commis dans la région et dans d’autres régions du pays.

Lire la suite...

Facebook prêt à organiser la censure pour entrer en Chine ?

Les Echos, 23 Novembre 2016

2045031_cette-nuit-en-asie-facebook-pret-a-organiser-la-censure-pour-entrer-en-chine-web-tete-0211521820517Le groupe de Mark Zuckerberg a créé un outil capable de censurer des contenus publiés dans les fils d’actualité des utilisateurs se trouvant dans une région spécifique, affirme le “New York Times”.

Cette fois-ci sera-t-elle la bonne ? Interdit depuis 2009 en Chine, Facebook pourrait avoir trouvé la parade pour revenir sur cet immense marché. Le groupe de Mark Zuckerberg a créé un outil capable de censurer des contenus publiés dans les fils d’actualité des utilisateurs se trouvant dans une région spécifique, affirmait mardi le « New York Times ». Le réseau ne ferait pas de censure lui-même, mais confierait le logiciel à une tierce partie, peut-être un partenaire en Chine. Cette initiative pourrait clairement aider à mettre fin au blocage Facebook en Chine, où la censure empêche l’accès à plusieurs services d’autres groupes Internet américains comme Instagram, Twitter, Google mais aussi à de nombreux sites de médias étrangers.

Lire la suite...

Un logiciel espion chinois découvert dans des milliers de smartphones Android

Le Figaro, 21 Novembre 2016

23rdadasdUn logiciel espion a été installé nativement par la société chinoise AdUps sur 700 millions d’appareils Android pour collecter les données de leurs utilisateurs.

Le numéro IMEI, l’historique des SMS et des appels, la position de l’appareil ou encore la liste de contacts et les applications utilisées… Autant de données collectées sur de nombreux smartphones, tablettes et objets connectés fonctionnant sur Android à travers le monde, et transmises toutes les 72 heures à un serveur localisé en Chine, sans autorisation de leurs détenteurs. Kryptowire, une entreprise spécialisée dans la sécurité informatique, a découvert cette vulnérabilité avant d’en faire part au New York Times. L’un de ses chercheurs a constaté une activité anormale d’un smartphone BLU R1 HD, avant de s’apercevoir que son appareil envoyait régulièrement des messages à un serveur basé à Shanghai.

Lire la suite...

Chine: les candidats indépendants aux élections locales harcelés et écartés

RFI, 18 Novembre 2016

2016-10-25t101356z_174282434_s1aeuizgvcab_rtrmadp_3_china-politics_1_0En Chine, des élections locales ont débuté cette semaine. Près de 900 millions de citoyens doivent élire les 2,5 millions de députés qui siégeront dans les « assemblées populaires » à travers le pays. Au bout d’un long processus électoral, 2 300 délégués seront choisis pour participer du 19e congrès du Parti communiste prévu en 2017, celui qui doit offrir un deuxième mandat au président chinois Xi Jinping. L’enjeu est donc crucial, et les quelques candidats indépendants sont harcelés et écartés dès le départ.

Doudoune rouge, maquillage impeccable,Ye Jingchun, retraitée de 60 ans, n’a rien d’une rebelle. Son souhait est juste de jouir de son droit de se porter candidate aux élections locales pour se mettre au service des citoyens :

« J’ai du mal à défendre mes droits depuis 20 ans auprès des délégués du peuple, dit-elle. Si j’avais été élue, j’aurais publié mes coordonnées et tous les gens auraient pu me contacter. J’aurais tout fait pour aider les gens ordinaires. »

Lire la suite...

Pékin veut introduire un carnet pour noter le comportement de ses concitoyens grâce aux mégadonnées

Le Temps, 16 Novembre 2016

1dd12edwef423Cela s’appellera «Internet plus». Et ce sera pour le bien de l’humanité, promet Xi Jinping. Le président chinois va dévoiler lors de la Conférence mondiale de l’Internet, qui vient de s’ouvrir dans son pays, un nouveau système de «notation sociale» de ses citoyens. Grâce à la collecte des mégadonnées (big data), l’État chinois pourra noter les entreprises et les individus afin d’encourager les «bons comportements» et promouvoir une «société socialiste harmonieuse».

Carnet de 1000 points

Le système est simple: les attitudes déviantes (griller un feu rouge ou verser un pot-de-vin) seront sanctionnées en fonction de leur gravité sur un carnet comportant 1000 points. Les actions positives (dénoncer la corruption ou gagner une médaille du travail) permettront d’accéder aux meilleures écoles, aux meilleurs postes de travail, au crédit, etc. Les 700 millions d’utilisateurs de l’Internet en Chine seront scrutés prioritairement à travers leurs déambulations sur le web, les réseaux sociaux, les données de leurs smartphones. Mais tous les Chinois seront supervisés à travers les traces électroniques de leur passage à la banque ou chez leur médecin.

Lire la suite...

La pollution étouffe et gangrène la Chine

La Croix, 15 Novembre 2016

chinois-portant-masque-protection-pekin-4-novembre-2016_1_730_485Dans un brillant essai, Jean-François Huchet, professeur des universités à l’INALCO, détaille avec précision les différentes facettes de la pollution de l’air en Chine, les pluies acides, les émissions de gaz à effet de serre, avant d’évoquer les eaux souterraines toxiques et les coûts humain et économique de ce désastre.

Le paradoxe saute aux yeux dès les premières pages. Le développement économique de la Chine depuis trente ans s’est fait sans la moindre précaution environnementale. Il fallait s’ouvrir au monde et réformer une économie proche du néant. Les autorités chinoises sont restées aveugles et sourdes face à une réalité catastrophique consécutive à ce développement à grande vitesse : pollution des fleuves, des lacs, des rivières, des champs et enfin de l’air, à des niveaux effrayants. Quand le régime chinois a enfin pris des mesures pour tenter d’y remédier, elles n’ont pas été appliquées de façon uniforme et sérieuse. La situation est si grave qu’il est presque trop tard.

Lire la suite...

Le premier président chinois d’Interpol élu

Le Figaro, 11 Novembre 2016

logo-figaro1Un Chinois a pour la première fois été élu aujourd’hui à la présidence d’Interpol, une décision potentiellement controversée en raison de la campagne chinoise pour traquer des fugitifs à l’étranger.

Vice-ministre chinois de la Sécurité publique, Meng Hongwei a été choisi pour succéder à la patronne de la police judiciaire française, Mireille Ballestrazzi, lors de l’assemblée générale annuelle de l’organisation de coopération policière organisée sur l’île indonésienne de Bali, a annoncé Interpol. Cette nomination pourrait faciliter les efforts de la Chine pour traquer de nombreuses personnes soupçonnées de corruption ou d’infractions à caractère économique et réfugiées à l’étranger.

Lire la suite...