Les “camps de rééducation” en Chine au coeur d’un procès au Kazakhstan

Challenges, 20.07.2018

Une Chinoise jugée au Kazakhstan pour entrée illégale dans le pays a révélé l’existence de camps où des milliers de Kazakhs chinois seraient détenus, un sujet sensible pour les relations entre Astana et Pékin.

De nationalité chinoise et d’ethnie kazakhe, Saïragoul Saouïtbaï, 41 ans, a voulu rejoindre au Kazakhstan son mari et ses deux enfants. Elle été arrêtée un mois et demi après avoir traversé illégalement la frontière.

Lire la suite...

Une Kazakhe d’origine chinoise jugée pour avoir fui la répression au Xinjiang

Novastan, 20.07.2018

Sayragul Sauytbay, une Kazakhe chinoise de la province du Xinjiang ayant tenté de fuir le régime de Pékin pour retrouver sa famille au Kazakhstan, est jugée au Kazakhstan pour être entrée illégalement sur le territoire.

Le média kazakh en ligne Tengrinews rapporte que le procès contre Sayragul Sauytbay a commencé le 13 juillet dernier dans la ville de Jarkent, dans le sud-est du Kazakhstan. La femme de 41 ans, chinoise d’ethnicité kazakhe, est une directrice d’école, mariée à un citoyen kazakh résidant au Kazakhstan avec leurs deux enfants, également citoyens kazakhs.

Lire la suite...

Comment le monde devrait réagir à l’intensification de la répression au Xinjiang ? I

Mediapart, 15.07.2018

Près d’un million de personnes, principalement des Ouïghours sont enfermés dans des camps de concentration. Alors que plusieurs législateurs américains ont appelé à des sanctions, une grande partie du monde reste silencieux, y compris l’Organisation de la coopération islamique, qui se dit «la voix collective du monde musulman». Que devrait faire la communauté internationale?

Les auteurs : Rian Thum, Rachel Harris, James Leibold, Jessica Batke, Kevin Carrico, Sean Roberts

Cet article co-signé par six chercheurs spécialistes de la Chine des universités anglo-saxonnes a été publié le 04 juin 2018 sur le site spécialisé en Chine China File. Pour voir la version originale : http://www.chinafile.com/conversation/how-should-world-respond-intensifying-repression-xinjiang

Lire la suite...

Contre les massacres et les camps, la communauté ouïghoure se mobilise à Paris

Lemuslimpost, 15.07.2018

Jeudi 5 juillet 2018. Il y a bientôt dix ans, jour pour jour, une manifestation pacifique de milliers d’étudiants et de citoyens à Urumqi (capitale ouïghoure), dégénérait en incidents violents, faisant près de deux cents morts et des milliers de blessés. 

Les jours suivants, les représailles des autorités chinoises contre les manifestants furent sévères et firent de nombreuses victimes et disparus. Des évènements que les Ouïghours en exil, n’ont pas oublié, commémorant chaque année les massacres de juillet. 

En ce début d’été, les différentes organisations des Ouïghours de France, sont donc au rendez-vous. Alors que sur l’avenue des Champs-Elysées se promènent de nombreux de touristes chinois, à quelques pas de là, des voix dissidentes se font entendre. 

Lire la suite...

Juillet, le mois de commémoration et de la protestation pour la diaspora ouïghoure

Mediapart, 15.07.2018

Depuis le massacre du 05 juillet 2009 à Urumchi, la capitale ouïghoure, perpétré par les forces chinoises, les Ouïghours de la diaspora organisent chaque début du mois du juillet des manifestations dans le monde entier. Cette année, les Ouïghours de France ont organisé trois jours de protestation et aujourd’hui, samedi 07 juillet, ils vont marcher entre la place de la République et la Bastille.

Depuis le massacre du 05 juillet 2009 à Urumchi, la capitale ouïghoure, perpétré par les forces chinoises, les Ouïghours de la diaspora organisent chaque début du mois du juillet des manifestations dans le monde entier. Presque le même jour, les drapeaux ouïghours flottent dans les rues des capitales de différents pays démocratiques où sont installés les communautés ouïghoures tels que la Turquie, le Japon, les Etats-Unis, l’Australie, le Canada et l’Europe.

Lire la suite...

CHINE : DES EXPATRIÉS OUÏGHOURS DÉNONCENENT LES PRESSIONS SUR LEURS FAMILLES AU XINJIANG

Actualite-News, 29.06.2018

Les Ouïghours vivant à l’étranger s’inquiètent du sort de leurs familles dans la région autonome de Chine.

Les expatriés ouïghours ont exprimé leurs inquiétudes face à la pression croissante exercée sur leurs proches dans la région autonome du Xinjiang en Chine, qui compte plus de 10 millions d’habitant ouïghours.

Lire la suite...

Arrêtez de nous appeler “musulman ouïghour”

Mediapart, 29.06.2018

Les Ouïghours sont agacés par cette “nouvelle identité” attribuée par les médias occidentaux qui va dans la direction de la Chine. La Chine enferme un million d’Ouïghours dans des camps nazis, arrête des millions d’intellectuels, d’hommes d’affaires, d’artistes, des personnalités ouïghours non pas parce qu’ils sont musulmans, mais parce qu’ils sont Ouïghours.

Lire la suite...

Pékin accusé de forcer les mariages entre Ouïghour et Han

Mediapart, 06.06.2018

Les images et vidéos des mariages entre les femmes ouïghoures et les Chinois circulent sur les réseaux sociaux, sur lesquelles souvent les mariées ont une expression de tristesse. De plus, parmi ces mariages semblent collectivement organisés par l’Etat, seul la mariée ouïghoure est habillée en costume traditionnel chinois pendant que les autres (chinoises) sont en robe blanche à l’occidental.

Lire la suite...

La répression ouïghoure de la Chine

Mediapart, 06.06.2018

Sans faire l’objet d’aucune inculpation, les détenus (en majorité des Ouïghours, mais aussi des Kazakhs) se retrouvent coupés du monde extérieur pour une durée indéfinie. La suspicion tombe facilement sur ceux qui manifestent des signes de piété religieuse ou qui ont des contacts à l’étranger, mais la portée est beaucoup plus large. Même parler chinois mal semble assez pour vous faire arrêter.

Lire la suite...

En Chine, les foyers musulmans forcés d’héberger des officiels du gouvernement

Slate, 06.06.2018

Le gouvernement chinois a envoyé plus d’un million d’officiels du parti communiste dans des foyers musulmans ouïghours du Xinjiang. Sur le papier, l’initiative pourrait sembler sympathique; le programme s’appelle«Devenir une famille» et sur les photos diffusées par le gouvernement, on voit des officiels souriants avec leurs hôtes. Mais les familles n’ont pas le choix. Les représentants du parti communiste s’invitent chez elles et vivent parfois dans les foyers une semaine par mois.

Lire la suite...