Droits de l’Homme: Chine et USA vont entamer le dialogue à Pékin

AFP, 22 Avril 2011

PEKIN — La Chine et les Etats-Unis vont tenir la semaine prochaine à Pékin un dialogue sur les droits de l’Homme, au moment où les autorités chinoises exercent une forte répression contre les défenseurs des libertés et de la démocratie, a annoncé vendredi l’ambassade américaine.

“Les discussions vont porter sur la situation des droits de l’Homme, y compris la tendance négative récente à l’accroissement des disparitions forcées, des détentions extrajudiciaires, des arrestations et des condamnations”, a indiqué l’ambassade dans un communiqué.

Le secrétaire d’Etat adjoint américain aux droits de l’Homme, Michael Posner, conduira une délégation à Pékin les 27 et 28 avril, a précisé la chancellerie.

“Les Etats-Unis espèrent des discussions de fond et franches lors de ces deux journées”, a précisé l’ambassade américaine.

Lire la suite...

Les cinq derniers Chinois emprisonnés à Guantanamo ne seront pas libérés

RFI, 19 Avril 2011

La Cour Suprême des Etats-Unis a rejeté le recours présenté par des Ouighours détenus depuis des années sur la base américaine de l’île de Cuba, qui ont pourtant tous été innocentés. Ne pouvant pas les renvoyer en Chine où ils risquent des persécutions, l’administration américaine leur cherche des pays d’accueil.

Avec notre correspondant à Washington, Raphaël Reynes

Ils étaient vingt-deux à avoir été arrêtés en Afghanistan, en 2001. Vingt-deux Chinois de la minorité ouighoure, musulmans et turcophones, arrêtés par erreur. L’administration américaine l’avait reconnu et les avait blanchis de toute accusation de terrorisme.

Pourtant, Washington se refuse à les renvoyer en Chine où ils risquent des persécutions. Avant de pouvoir les libérer, il faut donc leur trouver des pays d’accueil. Et cela n’est visiblement pas chose facile.

Lire la suite...

Cour suprême: appel rejeté, 5 Chinois ouïghours resteront à Guantanamo

Le Point, 18 Avril 2011

La Cour suprême des Etats-Unis a rejeté lundi le recours déposé par cinq Chinois ouïghours innocentés depuis des années d’accusations de terrorisme mais toujours à Guantanamo faute d’un pays tiers pour les accueillir.

Ces détenus appartiennent à un groupe de 22 hommes de la minorité ouïghoure, musulmane et turcophone, arrêtés par erreur en Afghanistan fin 2001 et totalement blanchis de toute accusation de terrorisme depuis, par l’administration Bush puis Obama.

Les Etats-Unis se refusent à les renvoyer en Chine où ils risquent des persécutions.

Leurs cas symbolisent la situation inextricable dans laquelle s’est placé Washington en transférant des centaines de prisonniers sur la base navale américaine de Cuba, au lendemain du 11-Septembre.

Lire la suite...

Chine: 54 détentions d’opposants

Le Figaro, 16 Avril 2011

Les autorités chinoises ont arrêté de nouveaux militants des droits de l’Homme, portant le nombre des personnes placées en détention à 54 depuis le récent lancement d’une sévère campagne pour faire taire les opposants au régime communiste, a annoncé vendredi une ONG.

Parmi les dernières victimes de cette répression figurent Ni Yulan, une femme célèbre pour son combat en faveur des expulsés et son mari Dong Jiqin, a affirmé le Centre d’information des droits de l’Homme et de la démocratie (CHRD), basé à Hong Kong. Mme Ni, qui se déplace en fauteuil roulant depuis une précédente détention, a été interpellée le 7 avril à Pékin pour “trouble à l’ordre public” et M. Dong est porté disparu après avoir été emmené par la police, a précisé CHRD.
La police de Pékin a assuré ne pas être au courant des arrestations.

Des récents appels à des rassemblements pro-réformes en Chine, inspirés par les soulèvements dans le monde arabe, dont la révolution “du jasmin” tunisienne, ont été étouffés par les autorités chinoises, très inquiètes d’un éventuel risque de contagion.
Des dizaines d’opposants ont été arrêtés, assignés à résidence ou éloignés de chez eux ces dernières semaines, selon les organisations de défense des droits de l’homme.

Lire la suite...

Un nouveau militant est arrêté et accusé de «subversion» en Chine

AP, 15 Avril 2011

PÉKIN, Chine — Un homme qui milite depuis longtemps pour la démocratie en Chine est à son tour accusé de «subversion», a indiqué mercredi un groupe de défense des droits de la personne.

Plus d’une centaine de militants, blogueurs, avocats et artistes auraient été interpellés depuis que circulent en ligne des appels à l’organisation de manifestations pacifiques tous les dimanches. Seulement une poignée d’entre eux ont toutefois été formellement mis en accusation.

Le plus célèbre de ceux-ci est Ai Weiwei, possiblement l’artiste chinois le plus connu à l’extérieur du pays.

Lire la suite...

Ai Weiwei confronté à de nouvelles accusations en Chine, ses défenseurs se regroupent à Hong Kong

Art Info, 14 Avril 2011
Par Ben Davis

Alors que la détention d’Ai Weiwei dure depuis plus d’une semaine, le gouvernement chinois s’en prend à l’artiste et à ses défenseurs, dans une tentative de discréditer ce qui semble s’être transformé en cause internationale.

L’instabilité de la contre attaque donne l’impression que l’appareil sécuritaire a été mal préparé à l’ampleur de la réaction publique après la disparition de l’artiste.

Voici le point sur les dernières évolutions de l’affaire, qui implique de nouvelles allégations faites contre Ai.

Une nouvelle accusation de plagiat : un reportage de l’agence de presse officielle Xinhua a présenté plusieurs accusations – principalement des rumeurs – à l’encontre de l’artiste. Ai Weiwei est notamment accusé de fraude fiscale et d’être l’auteur d’art considéré « de troisième ordre » en Chine. Plus bizarrement, l’histoire de Xinhua implique également Ai dans une affaire de plagiat, concernant son projet « Conte de Fée » de 2007, une expérimentation artistique et sociale qui l’a conduit à faire voyager 1001 citoyen chinois avec lui, jusqu’à la Documenta de Kassel. L’article de Xinhua suggère que l’idée aurait été volée au professeur Yue Luqing, de l’Académie des Beaux Arts de Xi’an.

Lire la suite...

La Chine accuse les Etats-Unis de (mal) censurer Internet

Le Monde, 13 Avril 2011

C’est une riposte un peu plus originale que les traditionnelles protestations diplomatiques : en réponse à la publication par les Etats-Unis de l’édition 2010 de son rapport sur les droits de l’homme (dossier sur la Chine, PDF), à nouveau très critique envers Pékin, le gouvernement chinois a publié cette semaine son propre rapport sur la situation des droits de l’homme aux Etats-Unis. Le texte, nettement plus court que son équivalent américain, dresse la liste des violences policières, des conditions de détention et des lois anti-terroristes qui constituent selon Pékin un catalogue des violations des droits de l’homme commises par Washington.

Une partie du document est plus particulièrement consacrée aux libertés numériques, enjeu d’un long conflit entre Pékin et Washington. La secrétaire d’Etat, Hillary Clinton, a récemment pris des positions marquées pour défendre la liberté d’expression en ligne, et annoncé vouloir lancer une “diplomatie des réseaux sociaux” après les révoltes dans le monde arabe.

Lire la suite...

La Chine mécontente du soutien à Ai Weiwei

L’Express, 12 Avril 2011

Le gouvernement chinois a exprimé son mécontentement, ce mardi 12 avril, face au soutien apporté par certaines capitales occidentales à l’artiste et militant Ai Weiwei, détenu depuis plus d’une semaine.

Le gouvernement chinois s’est dit “mécontent” du soutien apporté par l’occident à l’artiste Ai Weiwei, le plus en vue des militants récemment arrêtés par la police ou placés en détention secrète. Né en 1957, il s’est souvent heurté au pouvoir en le critiquant vertement, qualifiant par exemple les dirigeants chinois de “gangsters”, ou en défendant des causes humanitaires ces dernières années.

L’arrestation du dissident, le 3 avril à Pékin, a provoqué une vive réaction des Etats-Unis et des grandes puissances européennes. 

Lire la suite...

La Chine contre-attaque sur la question des droits de l’homme

rfi, 11 Avril 2011
par Stéphane Lagarde

Les autorités chinoises ont trouvé la parade en matière de droits de l’homme. Face aux critiques de département d’Etat américain, le 8 avril 2011 (rapport 2010 sur la situation des droits de l’homme dans le monde), la Chine a décidé de publier son propre rapport. Un document très critique consacré uniquement à la situation aux Etats-Unis où finalement il n’est guère question de… droits de l’homme.

C’est la réponse du berger à la bergère. Pour le Conseil des affaires d’Etat, autrement dit le gouvernement central chinois à l’origine de ce rapport, les Etats-Unis ont trop tendance à regarder la paille dans l’œil des voisins, tout en feignant d’ignorer leurs propres problèmes. Et les problèmes sont nombreux à en croire ce document d’une quinzaine de pages noyé sous une avalanche de chiffres. « 4 millions 300 000 crimes violents ont été recensés en 2009 aux Etats-Unis ». « 14,7 % des familles américaines souffrent de carence alimentaire ». « 93 % des enfants américains ont connu une expérience traumatisante ». 

Lire la suite...

“Spirale négative” des droits de l’homme en Chine en 2010

Romandie News, 8 Avril 2011

WASHINGTON – Les droits de l’homme sont dans une “spirale négative” en Chine où les limitations à la liberté d’expression augmentent et où le Tibet et la région du Xinjiang ont subi une “grave répression”, selon le rapport annuel 2010 des Etats-Unis sur les droits de l’homme publié vendredi.

Dans ce rapport, le département d’Etat américain estime que la Chine a tenté de limiter les violations à plusieurs moments dans l’année 2010, notamment après l’attribution du prix Nobel de la paix à l’opposant Liu Xiaobo mais que les violations des droits de l’homme restaient multiples et constantes.

“Le gouvernement (chinois) a pris des mesures pour limiter les marges de manoeuvre de la société civile, notamment les personnes et organisations de défense des droits, et a multiplié les tentatives pour limiter la liberté d’expression et contrôler la presse, internet, l’accès à internet”, assure le département d’Etat.

Lire la suite...