Chine : prison à ciel ouvert pour les Ouïgours au Xinjiang

Lemonde, 22.01.2018

Dans le nord-ouest de la Chine, les musulmans ouïgours subissent une répression féroce au nom de la lutte contre le « séparatisme, le fondamentalisme et le terrorisme ». Un traitement auquel la majorité chinoise se montre indifférente.

C’est un de ces longs trains vert foncé venus des villes de l’intérieur de la Chine. Il traverse, à la sortie d’Urumqi, un vaste champ d’éoliennes, longe les collines ravinées qui courent au nord du bassin formé par le fleuve Tarim, puis file au milieu de plantations d’arbres fruitiers, vers la partie sud de la région autonome ouïgoure du Xinjiang. Là où vit la majeure partie des 10 millions de Ouïgours, turcophones et musulmans. Et où une explosion de violences, en 2013 et 2014, les deux premières années du quinquennat du président Xi Jinping, a conduit à une reprise en main féroce de la région.

Lire la suite...

Chine : la population du Xinjiang fichée sans le savoir

lefigaro, 12.12.2017

L’association Human Rights Watch accuse les autorités d’enregistrer, prétextant un programme de santé, les données biométriques de toute la population du Xinjiang, où vit une importante minorité musulmane, les Ouïghours.

Lire la suite...

Minorités en danger, les Ouïghours, sous la répression culturelle et religieuse

la-croix, 12.12.2017

À travers le monde, de nombreuses minorités sont victimes de discrimination. Tour d’horizon de six d’entre elles.

Majoritaires dans la province musulmane du Xinjiang en Chine, les Ouïghours, turcophones, subissent des campagnes de discriminations depuis près de vingt ans.

Lire la suite...

La vie de fugitif des derniers Ouïghours du Caire

rfi, 21.09.2017

Les 3 et 4 juillet, des dizaines d’Ouïghours (musulmans de Chine), pour la plupart étudiants à l’université d’al-Azhar, ont été arrêtés au Caire par les forces de police égyptiennes. S’il est impossible d’obtenir un chiffre exact, ils seraient entre 96 et 110 détenus actuellement en Egypte.

Le Caire ne communique pas sur cette vague d’arrestations qui s’est produite dans les cafés, dans la rue, au domicile des étudiants, ou à l’aéroport de la capitale alors que certains tentaient de fuir le pays. Aucune charge ne pèse officiellement sur eux, pourtant les détentions se prolongent depuis un mois. Quelques jours avant ces événements, Le Caire et Pékin ont signé un accord de coopération sécuritaire. Les ONG de défense des droits de l’Homme y voient donc l’ombre de la Chine, qui sous couvert de lutte contre le terrorisme, cherche à étendre la répression contre la minorité musulmane jusqu’en dehors de ses frontières.

Lire la suite...

Kredite, Energie und Kupferrohre: Tadschikistan wuchsen aus dem Gipfel des BRICS

NOVASTAN, 14.09.2017

Emomali Rahmon s’est rendu en Chine le 5 septembre dernier. Le Président du Tadjikistan a pris part à des négociations avec les Président chinois Xi Jinping et a participé à un sommet du BRICS.

Novastan traduit et reprend ici un article initialement publié par Sputnik Tajikistan.

Le neuvième sommet du BRICS (Brésil, Russie, Inde, Chine, Afrique du Sud) s’est déroulé du 3 au 5 septembre dernier à Xiamen, en Chine. Au total, dix pays y étaient représentés, notamment le Tadjikistan.

Lire la suite...

Les Ouïgours toujours persécutés en Chine

Le Monde, 26 May 2017

Par  Brice Pedroletti — C’est un paysage aride de maisons en pisé, de minarets, d’hommes qui se préparent à la prière. On pourrait se croire en Turquie. Il s’agit de la Région autonome ouïgoure du Xinjiang, en Chine populaire, aux confins de l’Asie centrale. Turcophones et musulmans, les quelque dix millions de Ouïgours y représentent 45 % de la population, contre 40 % pour les Hans, l’ethnie majoritaire du pays, en progression constante dans ces zones de repeuplement par des migrants chinois en quête de nouveaux territoires.

Lire la suite...

Un Défenseur des Droits de l’Homme Ouïghour Expulsé des Nations Unies

UNPO 5月9月2017年

纽约市,2017年5月8日– 2017年4月26日,多里坤·艾沙,捍卫的人权
维吾尔族,状语从句:国家人民的组织的成员没有代表
(UNPO)谁出席了联合国土著问题常设论坛问题
原住民(土著问题常设论坛)国该离开的被迫房地
美(A)。

Lire la suite...

De nouvelles règlementations veulent obliger les Ouïghours à regarder la propagande

EDA, 04 Avril 2017

9ziufij09ijUn mois après un défilé militaire en forme de mise en garde, les autorités chinoises au Xinjiang ont adopté une nouvelles série de mesures criminalisant les comportements considérés comme des « manifestations d’extrémisme », dont le fait de porter le voile ou la barbe, et de ne pas regarder les …

… chaînes de télévision officielles diffusant la propagande du Parti communiste chinois.

Cette nouvelle réglementation, qui prendra effet à partir de samedi 1er avril, couvre une large liste de comportements estampillés « extrémistes ». Elle réitère l’interdiction de porter le voile ou la barbe en public, mais inclus aussi de nouveaux comportements considérés comme « anormaux », au nombre de quinze au total. Les pratiques religieuses ou traditionnelles ou le simple manque d’enthousiasme patriotique sont désormais considérés comme des comportements « anormaux ».

 

Lire la suite...

Chine: pas de barbes «anormales» pour les Ouïghours

France Info, 3 Avril 2017

8z4hofuokpPékin poursuit sa politique de mise au pas de la population ouïghoure de l’ouest du pays. Le régime chinois prétend lutter contre l’islamisme dans la région du Xinjiang. Barbes trop longues et port du voile dans les lieux publics sont interdits.

La région fait trois fois la taille de la France. Le Xinjiang est situé à l’extrême nord ouest de la Chine Entre Kazakhstan, Kirghizistan et Tadjikistan à l’ouest, et Mongolie au nord.

La province compte une importante minorité musulmane, les Ouïghours, au nombre de 11 millions soit 45% de la population. Une minorité très active, victime selon elle d’une répression systématique de la part des autorités.

Lire la suite...

Chine: la police impose le GPS à des fins de surveillance

L’express, 21 Février 2017

12879uoijPékin – La police chinoise a ordonné à tous les véhicules de porter un système de type GPS afin de surveiller leurs déplacements dans une vaste partie du Xinjiang, une région marquée par des tensions entre les Han (l’ethnie majoritaire en Chine) et les Ouïghours musulmans.

Les automobilistes doivent installer le système chinois de navigation satellitaire Beidou “afin de prévenir les vols mais aussi en priorité pour maintenir la stabilité“, a déclaré mardi à l’AFP un responsable de la police des transports de la préfecture de Bayingol, une zone largement désertique plus vaste que la Suède mais qui ne compte que 1,2 million d’habitants. 

Lire la suite...